25 mai 2007

love exposure - 1

jardin

Traitant tous deux d’amour, je présente ici un rapport succint sur deux «phénomènes» love ; même si dissimulant chacun une sous-pente charnue à tendance méditative poussée sur les classes sociales o_O (et oui!)

 Le Premier : Le jardin d’amour, Musée du quai Branly, par Yinka Shonibare (Londonien d’origine nigériane)

Description officielle : Jardin d’amour s’inspire des jardins à la française et convie le public à s’engager dans un surprenant voyage. Dans le « jardin » – entre frondaisons, fontaines et bosquets - les visiteurs découvriront un étrange ballet amoureux… Yinka Shonibare MBE poursuit ici sa réflexion sur l’identité et l’histoire, au croisement de ses deux cultures d’appartenance.  (MBE pour Member of British Empire)

Outre l’erreur à mon sens – et pas qu’au mien – d’avoir monté ce jardin en intérieur, cette expo est globalement bien décevante. Content de s’être trouvé une raison pour passer – enfin – voir ce musée imaginé et rêvé par notre ex (président), je pense que l’expo permanente vaudra son pesant d'arachide la prochaine fois. Cette fois-ci il s’agissait d’un labyrinthe artificiel que l’on aurait aimé trouver romantique à souhaits, mais qui du fait de cette « en vase clos » attitude, des résonances liées à la salle, du sol synthétique (linoléum ou pas loin du lino), des lumières articifielles derrière les canisses qui couvraient l’ensemble des chemins exigüs dans lesquels on croisait des enfants criants et trébuchants… bref de ce fait, lorsqu’on trouvait un pseudo-hâvre de paix sur un banc posé devant l’une des trois scènes reprises en 3D de tableaux de Fragonard, on n’était pas comblé et la love attitude ne pouvait s’avérer paraître au rendez-vous.

Il paraît que l’artiste juxtapose des images dès ses débuts. Images du British Museum et appareils électroménagers et « défie le spectateur de le situer dans l’un ou l’autre des registres ». Pourquoi pas. Ici la seule originalité, outre le labyrinthe couvert déjà mentionné et les têtes coupées des personnages (donc c’est plus la seule effectivement
J): les costumes que ces derniers portent : du wax et des dessins nous évoquant mondialisation et capitalisme sur des tableaux présentant une certaine idée (surement pas fausse) de la noblesse d’une époque révolue (celle des privilèges). Ca alimente les réflexions. C’est pas mal, mais le wax ne valait pas la visite. Une juxtaposition (encore!) de copies des tableaux de Fragonard n’aurait pas été de trop comme me l’a fait remarquer une âme avertie. 

& Reprenant les commentaires pros :

«Cette installation souligne que la traite des esclaves favorisait l’insouciance, le libertinage, la liberté d’esprit et l’opulence propres à l’aristocratie française ; comme le dit l’artiste lui-même, désireux de faire réfléchir le public, il y a toujours un prix pour le plaisir» : Je suis d’accord et c’est mis en évidence

«Elle établit aussi une relation sous-jacente entre le désir de maîtriser la nature, qui s’exprime dans l’art du jardin au XVIIIe siècle» : je le cherche encore

«Et la volonté de civiliser les «sauvages» » : celle-là il faut aller la chercher

«Elle s’interroge enfin sur les conséquences actuelles du colonialisme, notamment dans la diaspora» : Ca j’étais trop fatigué et trop close-minded pour ne serait-ce que l’effleurer du cerveau

Posté par unconditional à 17:54 - LOVE gallery - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire







Par delà le pop-in