12 juin 2007

Zodiac

article_photozodiac


Sans Claire Keim. Sans Francis Huster


San Francisco fin 60's. Alors qu'à plein nez les senteurs des french fries du drive-in du coin nous parviennent, qu'on n'attend qu'une chose : que Fonzie déboule, deux blondinettes dansantes aux bras (Mais dans quelle ville "Arnold's" débauchait-il la jeunesse ?.. me souviens plus). Enfin. Il est question du Jack the ripper des US 60's : Zodiac. Il (selon le synopsis) " terrorise la ville et ses alentours, commettant meurtres sur meurtres" : ça ok "tout en narguant les autorités" (ça bon.. je le trouve beaucoup moins fin que tous ses homologues de ciné/TV.. mais il a le mérite d'avoir existé) J'ai l'impression que les tueurs en série de cinéma :| sont bien plus boostés du QI que les vrais.


Toujours est-il que se projetant à SF, on retombe dans les chroniques de San Francisco d'Armistead Maupin sans la gay attitude, les rues de San francisco sans le Golden Gate ni le moustachu, la fête à la maison sans Rebecca. Bref. Un jeune dessinateur du San Francisco Chronicle est à fond sur le coup. Evidemment ingénu et pris pour un attardé. Un vieux briscard responsable des enquêtes/meutres qui se transforme en pseudo pote et finit dans le scotch (whisky).. mais au même titre que Mafiaboy avait élaboré l'ensemble de ses plans machiavéliques et mis en oeuvre tout son art de geek warez pirate pour saouler les hautes administrations ricaines en terme de sécu, bien entendu le jeune candide résoud l'affaire (oups ai-je exposé la fin de l'histoire !!?? Non non.. )  enfin il la résoud... il la résoud pour lui et le cinophile.

On se pose encore la question de savoir si ce film mène quelquepart. Impossible à dire pour ma part. Bien mais pas marquant


Construit à la manière de ces real stories dont on précise dans le générique de fin ce que sont devenus les survivants (que sont-ils devenus ???!!)


N’avoir lu aucune critique, n’avoir – avant la projection - pas l’once d’une idée sur le sujet, avoir ouï dire de loin qu’il s’agissait de David Fincher dont, si le nom m’évoquait quelquechose sans savoir quoi, je ne connaissais ni d’Eve de d’Adam les films d’Antan qu'il avait pu réaliser. Un point négatif pour moi : une scène franchement violente au poignard..


Wikipédia m'informe de son implication dans la musique et ses grands noms pop eighties. On note la Madonette.. à noter qu'il a aussi produit au moins un film de Guy Ritchie. Je le soupçonne d'avoir joué l'entremeteur le félon...


1985 : The Beat of the live drum

1990 : Madonna : The Immaculate collection (Express y, Oh father et Vogue)

1992 : Michael Jackson : Who is it? (vidéo-clip)

1992 : Alien 3

1994 : Aerosmith : Big ones you can look at (documentaire musical)

1995 : Se7en

1997 : The Game

1999 : Fight Club

1999 : Madonna : The Video collection 93:99 (vidéo-clip Bad girl)

2002 : Panic Room

2007 : Zodiac

2008 : The Curious Case of Benjamin Button (en tournage)

Posté par unconditional à 16:52 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire







Par delà le pop-in