16 juin 2007

woven hand - TOP PARTIES IN PARIS

800px_David_Eugene_Edwards_live_20040525


Un concert à l'anti-mesure de ce qu'il aurait dû être par la limitation à 92 dB du Divan du Monde. Déjà remarqué lors de quelques famous Pigalle rock parties.. ce bridage du niveau sonore somme toute trop faible sied peut-être aux ultimes tympans trop tendus lors de ces soirées, mais subsiste bien bien bas pour un concert. Je ne vais pas re-présenter ici l'échelle des décibels avec équivalents sonores et risque pour l'oreille parce qu'il fait peur; mais suivant la qualité du son, la position des baffles, la salle etc.. un concert à 100-105db ne présente pas moults risques pour le conduit auditif. Le problème étant, comme je l'ai lu le lendemain dans un article approfondi de 20 minutes, Métro ou autre Direct soir.. (??) que le voisinage fait les lois. L'article sur lequel il m'est difficile aujourd'hui de remettre la main expliquait pourquoi en plus du fait néfaste de la fermeture d'un certain nombre de club/bars et autres lieux underground ou moins, de près ou de loin, les français sortaient de plus en plus à l'étranger. Londres, Bruxelles ou que sais-je encore. (Berlin restant pour les aficionados de l'indie like me un must !). Bref.

Des Tryptique, Pulp et autres qui vont passer le double et le simple des clefs sous la porte dans les prochains jours, des batofars, Pop-in, Divan du monde, Nouveau Casino, Bataclan et j'en passe tant commencent à souffir d'une manière indécente de contraintes d'un troisième type. La première contrainte était d'avoir la motiv' pour monter un complexe de spectacle dans Paris, la seconde d'avoir la thune (les deux étant liés j'en conviens).. la troisième depuis quelques temps : faire face à ces @#!:*? de gros c***... qui ne s'étaient pas douté en s'installant à proximité d'un lieu à l'enseigne évocatrice d'un paradis bucolique, somme toute rassurante mais dont on aurait pu un chouill' ouï dire plus tôt : " L'Elysée Montmartre" exemple bon s'il en est.. oui ces quelques bons gros lourdaux (j'excepte la mamie qui vit ici depuis 50 balais à chiottes et qui effectivement au moment de son emménagement croisait Boris Vian, Piaf ou pour une puissance sonore extrême : The Shadows au coin de la rue avant qu'ils n'entament leur soirée de folie musicale : c'était bien, mais ce que je veux dire par là.. c'est qu'effectivement les nuisances dues aux effluves sonores dérivant des salles de concert à cette époque étaient limitées. Quand bien même aujourd'hui il ne s'agit ni de techno ni de métal mais juste de ces jolies musiques que vous pouvez écouter ci-en-haut-à-droite sur ce blog).. ben.. les nouveaux voisins appelent la marée-chaussée

Un article assez explicite explicite un bout de tout ça non-exhaustivement ici

Bref ! Tout ça pour dire que Woven Hand a été fondé par l'un des plus grands chanteur - à mes oreilles - que je connaisse (sans vraiment qu'on soit intime) David Eugene Edwards, qui n'est autre que le leader de 16 horsepower. Disposant de peu d'extraits de Woven Hand ici, je place en écoute tout un tas de 16 horsepower avec ce post.

A écouter entre autres si vous ne connaissez pas : la reprise d'un titre patriotique franco-canadien de Leonard Cohen : the partisan (avec B.Cantat)

Bien à vous

Posté par unconditional à 11:39 - Just Annoying - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire







Par delà le pop-in