09 juillet 2007

Interpol – our love to admire

Interpol___Our_Love_To_Admire

Bon donc.. c’est aujourd’hui.

Je ne pouvais décemment pas feindre de n’avoir senti ce qui se tramait entre Hudson River et East River outre-Atlantique. Ils l’annonçaient à grands renforts de cerfs, d’ours et autres bestioles des bois depuis quelques mois maintenant : Interpol jette aujourd’hui sont troisième opus au fond des bacs internationaux de nos disquaires. (Si ce n’est qu’à mon avis il sera placé en vitrine sous les spot-lights du rayon « indépendants » ou « indies » de ces mêmes chaînes de magasins)

A l’heure où – blanchit la campagne – j’écris cette note à la lueur de quelques éclairs frappant l’ouest parisien, je me dis que la rumeur qui grondait jusqu’ici à propos de cet LP tant attendu ne pouvait être à l’origine d’autre chose que d’un album, si ce n’est de la consécration, tout au moins de la confirmation (le précédent ayant pu être considéré comme l’album de la profession de foi).

Quelques rares notes ont pour l’instant réjoui mes ouïes sans vraiment que j’eusse pu me rendre compte de la qualité de la chose. Je n’ai donc ni vu de clip ni entendu l’album (même en « listening party » : concept inventé pour l’occasion pour la sortie de l’album), juste eu le temps d’aller m’insurger contre certaines critiques infondées sur leurs pré-productions sur quelques sites du coin.

Je ne pouvais pas faire autrement que de le mentionner parce qu’après 5 concerts et plusieurs centaines d’heures d’écoute, je ne vois toujours pas l’intérêt de me poser des questions sur l’écoeurement éventuel que je pourrais éprouver en laissant le soin à cette nouvelle galette laser de monopoliser mon lecteur CD : Ecoeurement qui n’aura pas lieu d’être.

Posté par unconditional à 14:19 - new-rave - découvertes - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire







Par delà le pop-in